Twitter Facebook Youtube
Les experts et les responsables des agences de la sécurité routière des états membres de la CEDEAO se penchent sur des mesures uniformes et applicables visant à freiner la forte augmentation du nombre de décès causés par les accidents de la route
Abuja, Nigeria, 16 septembre 2021. La Commission de la CEDEAO a réuni les 15 et 16 septembre 2021 les chefs des agences de sécurité routière, des représentants des ministères du Transport et d’autres fonctionnaires gouvernementaux en charge de la politique de sécurité routière dans les États membres, en vue d’examiner et d’analyser les propositions relatives à une politique régionale de sécurité routière de la CEDEAO, une réglementation régionale, un plan d’ac-tion et un cadre de suivi et évaluation de la sécurité routière. L’atelier, qui s’est tenu à Lagos, au Nigeria, a connu la participation de représentants de la Fédération ouest-africaine des organisations d’ingénieurs et de la Banque africaine de développement qui l’ont suivi par visio-conférence.

Dans sa publication de 2016 sur la sécurité routière, l’Organisation mondiale de la santé a si-gnalé plus de 6000 décès en moyenne sur les routes des États membres de la CEDEAO. Ces dé-cès ne cessent d’augmenter et dépassent largement le nombre de décès liés à la pandémie de Covid-19 dans la région. Comme dans le cas de la pandémie, la Commission de la CEDEAO travaille avec les États membres à la mise en place des protocoles et des mesures de prévention à travers un cadre régional commun avec des stratégies de bonnes pratiques alignées sur la Dé-cennie d’action des Nations Unies pour la sécurité routière 2021-2030.

Cette démarche per-mettra de mener des actions concertées et harmonisées afin d’enrayer cette menace. En effet, ne rien faire s’avère plus coûteux.

Dans son discours d’ouverture de l’atelier de deux jours, le Commissaire aux Infrastructures de la Commission de la CEDEAO, M. Pathe Gueye, a dressé un sombre tableau des décès liés à la circulation routière dans la région. Il a déclaré que « …la situation est alarmante et constitue un phénomène inquiétant, car le taux moyen de mortalité lié à la circulation routière dans l’espace CEDEAO est environ cinq fois plus élevé que le taux moyen de mortalité au sein de l’UE… ». Au niveau mondial, l’OMS estime qu’environ 1,3 million de vies sont perdues chaque année dans des accidents de la route, les jeunes âgés de 15 à 29 ans étant les plus touchés.

C’est dans ce contexte que la Commission de la CEDEAO, dans le cadre du projet de Gouvernance des transports du 11ème FED financé par l’UE, a initié une étude visant à préparer un Cadre politique régional de sécurité routière, un plan d’action et un mécanisme de suivi et éva-luation permettant de guider l’amélioration coordonnée et harmonisée de la sécurité sur nos routes. L’étude est menée par des experts recrutés dans le cadre d’un projet d’assistance tech-nique, sous contrat avec PLANET Consulting.

Le Commissaire a décrié la situation sombre de la sécurité routière dans la région et a appelé les autorités des États membres à soutenir la Commission de la CEDEAO dans la finalisation des documents cadres de la politique régionale afin de permettre leur soumission à la session du Conseil des ministres de la CEDEAO prévue en décembre 2021 pour leur adoption en vue d’une application régionale.

La Politique de sécurité routière de la région de la CEDEAO vise à réduire de manière significative le nombre de morts et de blessés dus aux accidents de la route, en mettant l’accent sur les normes les plus élevées possibles de sécurité grâce à des stratégies communes de sé-curité routière de la CEDEAO, une approche intégrée avec d’autres politiques (santé, service juridique, environnement, emploi, etc.), une responsabilité partagée entre les principales agences/autorités concernées aux niveaux national et régional, une meilleure normalisation (infrastructures, sécurité des véhicules, attitude des usagers de la route, opérations et soins après un accident), et un alignement sur d’autres objectifs sociétaux afin d’augmenter les investissements dans la sécurité routière et d’assurer une formation adéquate des professionnels et le développement des compétences.

Conformément aux piliers de la Décennie d’action pour la sécurité routière 2021-2030 adoptée par l’Assemblée Générale des Nations Unies en août 2020, sous le thème « Améliorer la sécurité routière mondiale », et un objectif ambitieux de prévenir d’ici 2030 au moins 50% des décès et des blessures dus aux accidents de la route, le Cadre de Politique de sécurité routière de la CEDEAO aborde les questions de gestion de la sécurité routière, des routes et d’une mobilité plus sûres, des véhicules plus sûrs, d’usagers de la route plus sûrs et de réponse suite aux accidents.

La Politique de sécurité routière de la CEDEAO définira la vision régionale et sera accompagnée d’un Règlement régional ou d’une Charte de la sécurité routière avec des engagements des États membres en faveur de l’amélioration de la sécurité routière par l’éradication des facteurs de risque identifiés. Elle sera également assortie d’un Plan d’action avec des mesures SMART pour amener tous les États membres de la CEDEAO à un résultat final souhaité et coordonné. Le suivi et évaluation des résultats font également partie intégrante de l’effort régional visant à réduire le carnage sur les routes de la Communauté.

Share on :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Youtube Instgram