Twitter Facebook Youtube
Lutte contre la prolifération et le trafic illégal des armes légères et de petit calibre (ALPC) en Afrique de l’Ouest

Accra, Ghana 19. Nov. 2021

Lutte contre la prolifération et le trafic illégal des armes légères et de petit calibre (ALPC) en Afrique de l’Ouest : les commissions nationales se réunissent à accra pour la mise en oeuvre efficace de la convention de la CEDEAO sur les ALPC.

La Commission de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a organisé la réunion annuelle des commissions nationales (NATCOM) sur les armes légères en 2021 pour examiner les activités pour la mise en œuvre effective de la Convention de la CEDEAO sur les armes légères et de petit calibre (ALPC) dans le cadre de la thème, « Promouvoir la transparence et l’échange d’informations dans le contrôle, l’administration et la gestion des ALPC dans la région de la CEDEAO » à Accra, Ghana, du 17 au 19 novembre 2021. L’Union Européenne et le gouvernement Allemand ont soutenu l’organisation de la réunion dans le cadre du projet de réponse à la traite de la criminalité organisée en Afrique de l’Ouest – (OCWAR -T),

La réunion présidée par la NATCOM du Ghana a réuni les commissions nationales des États membres suivants : République du Bénin, Burkina Faso, République de Côte d’Ivoire, République de Gambie, République du Ghana, République de Guinée-Bissau, République du Libéria, de la République du Niger, de la République fédérale du Nigéria, de la République du Sénégal, de la République de Sierra Leone et de la République togolaise.

Étaient présents à la cérémonie d’ouverture le président du conseil d’administration de la NATCOM du Ghana, le représentant de l’ambassadeur d’Allemagne, le représentant de la délégation de l’Union européenne, le représentant résident du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), le représentant permanent de la CEDEAO au Ghana représentant le Commissaire aux affaires politiques, à la paix et à la sécurité de la Commission de la CEDEAO, le Directeur général au ministère de l’Intérieur représentant le Gouvernement du Ghana, ainsi que d’autres représentants de partenaires clés tels que : GIZ, Groupe consultatif sur les mines (MAG), PNUD et UNIDIR.

 

 

Dans son discours de bienvenue, le président de la Commission nationale des armes légères de la République du Ghana, le révérend professeur Paul Frimpong Manso a chaleureusement accueilli les participants à l’atelier et a souligné l’importance d’un tel rassemblement pour une délibération efficace sur le contrôle des flux d’armes dans la région. Il a également appelé à des efforts de prévention et de collaboration pour assurer une approche durable de la mise en œuvre de la Convention de la CEDEAO sur les ALPC.

La Représentante résidente du PNUD au Ghana, le Dr Angela Luigi a exprimé l’engagement de son organisation à soutenir les NATCOM dans leur collaboration transfrontalière pour lutter contre le crime organisé, la disponibilité et la facilité d’accès aux ALPC et aux engins explosifs improvisés (EEI) pour améliorer la sécurité et rendre l’Afrique de l’Ouest communautés plus sûres.

Elle a terminé son discours en remerciant l’UE, le gouvernement allemand, la Commission de la CEDEAO et les Commissions nationales sur les armes légères pour leur excellent partenariat au fil des années.

Mme Andrea Grimm, représentante de l’ambassadeur d’Allemagne, a exprimé au nom du gouvernement allemand, sa satisfaction et d’indiquer que l’Allemagne est toujours prête à soutenir les interventions de contrôle des ALPC. Elle a souligné que l’Allemagne avait déjà fourni 9 millions d’euros à la région de la CEDEAO pour la mise en œuvre de diverses interventions de maîtrise des armements. Elle a conclu que l’Allemagne attend avec impatience les prochaines étapes de la mise en œuvre du plan d’action quinquennal qui a été approuvé l’année dernière et se tient prête à soutenir ces efforts.

La représentante du chef de la délégation de l’Union européenne (UE), Anna Lixi, a confirmé l’engagement de l’UE à soutenir la lutte contre la criminalité transnationale organisée et à renforcer les capacités des NATCOM dans la lutte contre les dangers associés aux ALPC. Elle a en outre déclaré que « Le projet OCWAR-T offre une voie à suivre pour aider les pays à relever certains de ces défis prolongés et aider à attirer l’attention sur la question au niveau politique. La délégation de l’UE au Ghana encourage donc les NATCOM à tirer pleinement parti de l’assistance technique disponible dans le cadre du projet OCWAR-T  ».

Dans son allocution, le Représentant permanent de la CEDEAO au Ghana, l’Ambassadeur Baba Gana Wakil, au nom de la Commission de la CEDEAO, a souligné que la Convention de la CEDEAO sur les ALPC continue d’être le cadre normatif pour le contrôle des ALPC dans la région. Il a cité l’adoption du Cadre modèle de la CEDEAO pour l’intégration de la Convention de la CEDEAO sur les ALPC et du Traité sur le commerce des armes (TCA) comme guide vers l’harmonisation des lois nationales sur le contrôle des armements comme un pas dans la bonne direction.

Dans son allocution d’ouverture, la directrice en chef du ministère de l’Intérieur, Mme Adelaide Anno-Kumi, au nom du ministre de l’Intérieur du Ghana, HON. Ambrose Dery a déclaré que « des groupes terroristes comme Boko Haram. Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), Ansar Dine, Mozambique- ISIS a utilisé des jeunes inactifs et des armes légères et de petit calibre pour frapper des cibles faciles dans nos pays voisins le Mali, le Nigeria et récemment le Burkina Faso. Dans la plupart des cas, leurs actes de violence ciblent les populations civiles, c’est pourquoi je charge le Conseil de la Commission des armes légères de mettre en place des mesures fortes pour contrôler efficacement le commerce, la fabrication et le flux d’armes légères et de petit calibre illicites dans notre pays » . Elle a appelé les États membres qui ont marqué leurs armes à tenir les registres et à les intégrer dans une base de données de la CEDEAO dans le cadre de la mise en œuvre de la Convention sur les armes légères.

A la fin de la réunion, les délégués des États membres ont souligné à l’unanimité la nécessité d’inclure des experts informatiques qualifiés dans les opérations quotidiennes des NATCOM pour une gestion efficace des bases de données de traçage des armes et la pleine opérationnalisation des articles 9,10,11 de la convention sur les armes légères.

La réunion de la NATCOM a été précédée d’un atelier de partage d’expériences de 2 jours sur la mise en œuvre de la composante OCWAR-T sur les armes légères dans les États membres de la CEDEAO les 15 et 16 novembre 2021 également à Accra au Ghana.

 

Pour plus d’informations sur OCWAR-T : https://www.raosupportcellecowas.com/post/organised-crime-west-african-response-to-trafficking-ocwar-t

 

Partager sur:

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Youtube Instgram