Twitter Facebook Youtube
Des experts des Télécommunications/Tic et de la poste préparent les réunions statutaires de leurs ministres

Le ministre nigérien des Postes, des Télécommunications et de l’Economie numérique, Yahouza Sadissou, s’est félicité du choix porté sur le Niger pour abriter les travaux de la 2ème session ordinaire du conseil d’administration de la Conférence des ministres des Postes des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CPEAO) et de la réunion des experts des Télécommunications/TIC des Etats membres de la CEDEAO.

Ces deux rencontres, ouvertes simultanément le lundi 20 juin 2016, à Niamey, doivent préparer la 2ème session des ministres en charge de la Poste qui se déroulera le 23 juin 2016, et la 14ème réunion des ministres des Télécommunications/TIC de la CEDEAO prévue le 24 juin 2016, toujours dans la capitale nigérienne.

Ces deux assises permettront aux ministres d’évaluer les principaux documents qui seront soumis à leur attention par les experts des Technologies de l’information et de la communication (TIC) et ceux de la Poste, dont les travaux s’achèveront le 22 juin 2016.

Pour ce qui est de la 1ère réunion, ces documents portent sur l’examen du rapport moral et financier ainsi que du projet de budget de la CPEAO pour l’exercice 2016-2018, du plan d’actions régional de la CPEAO pour la période 2016-2020, du plan directeur des Services postaux ouest-africains, de même que du projet de directive sur la réforme et la régulation postales.

Le président du Conseil d’administration de la CPEAO, Diéméléou Bilé, a d’ailleurs saisi l’occasion de cette session pour attirer l’attention de l’assistance sur l’éternel fléau qui entrave le fonctionnement des organisations régionales, à savoir les problèmes liés au paiement des contributions.

«Je voudrais signaler que, sur un budget total arrêté de 770 000 dollars US, pour le cycle 2012 à 2016, seulement 250 000 dollars US ont été réglés par les Etats membres, soit 32,47%. Les impayés s’élèvent à 520 000 dollars US, soit 67,53% du budget……Je saisis cette tribune pour lancer un vibrant appel à tous les pays en retard de leurs cotisations, afin qu’ils manifestent réellement leur solidarité à l’égard de la CPEAO», a plaidé M. Bilé.

Concernant la 2ème rencontre, les participants se pencheront sur le Règlement portant conditions d’accès des pays sans littoral à la bande passante nationale et internationale disponibles sur les réseaux terrestres de l’espace communautaire, le document de stratégie du secteur des TIC de la CEDEAO pour la période 2016-2020, sans oublier l’état de mise en œuvre du plan stratégique pour la période 2011-2015.

Le ministre nigérien des Postes, des Télécommunications et de l’Economie numérique, Yahouza Sadissou, a exhorté les participants à ces deux réunions préparatoires à faire preuve d’engagement et d’abnégation durant leurs travaux afin de formuler des recommandations pertinentes devant faciliter les délibérations des ministres sectoriels.

De son côté, le Commissaire de la Commission de la CEDEAO chargé des Télécommunications et de la Technologie de l’information, Dr Isaias Barreto da Rosa, a rappelé l’importance des TIC dans la réalisation de Vision 2020 de la CEDEAO qui est de passer d’une CEDEAO des Etats à une CEDEAO des Peuples.

«Dans la réalisation de cette vision, les TIC constituent un secteur transversal clé pour soutenir et renforcer le processus d’intégration régionale. En effet, les Technologies de l’information et de la communication demeurent la locomotive de l’intégration régionale en Afrique de l’Ouest», a déclaré M. da Rosa.

Les applications des TIC dans de nombreux domaines sont considérées comme des catalyseurs pour le développement socio-économique, a-t-il laissé entendre, indiquant au passage que les TIC peuvent faciliter la réalisation des objectifs de développement durable dans les Etats membres de la CEDEAO.

Tout comme M. da Rosa, la présidente du Conseil national de régulation des Télécommunications et de la Poste du Niger, Mme Bety Aïchatou Habibou Oumani, s’est appesantie sur l’importance des TIC et de la Poste, qui constituent selon elle, des moyens de communication entre les personnes et les peuples.

«Le développement des réseaux et des services des Télécommunications et des Postes dans notre sous-région, ne peut être efficace sans un renforcement de la coopération entre les Etats, notamment dans la gouvernance de ces secteurs où les régulateurs sont appelés à jouer un rôle d’arbitrage et de défense des intérêts de toutes les parties en présence, à savoir les Etats, les consommateurs et les opérateurs», a indiqué Mme Oumani.

Pour sa part, la présidente de l’Autorité des Télécommunications du Libéria et présidente de séance, Mme Angelique Weeks, dont le pays assure actuellement la présidence en exercice de la CEDEAO, a insisté sur la solidarité régionale dans le domaine des TIC.

«Nous ne pouvons laisser aucun Etat membre à la traîne. Notre espoir est donc que chaque Etat membre démontre les efforts raisonnables pour aider la CEDEAO à réaliser ses objectifs à travers ses programmes postaux et des Télécommunications», a fait savoir Mme Weeks.

Share on :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Youtube Instgram