Twitter Facebook Youtube
Les dirigeants ouest-africains saluent la consolidation de la démocratie dans l’espace CEDEAO
 photo de groupeLe président sénégalais et président en exercice de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO, Macky Sall, s’est félicité de la consolidation de l’ancrage démocratique en Afrique de l’Ouest, avec la tenue, cette année, d’élections apaisées, libres et transparentes au Nigeria, au Togo, en Guinée, en Côte d’Ivoire et au Burkina Faso.

Dans son allocution à l’ouverture ce mercredi 16 décembre 2015 à Abuja, au Nigéria, de la 48ème session ordinaire de ladite Conférence, M. Sall a indiqué que la réussite des processus électoraux dans ces Etats membres démontre l’adhésion commune de la CEDEAO au principe démocratique universel en vertu duquel la légitimité du pouvoir émane du libre consentement des citoyens.

Il s’est dit convaincu que les cinq Etats membres qui tiendront des élections en 2016 donneront, chacun, autant de motifs de satisfaction et de fierté.

Aux acquis démocratiques de l’espace communautaire, s’ajoutent des progrès significatifs dans le sens de l’intégration économique et citoyenne, a souligné le chef de l’Etat sénégalais.

Ces progrès, a-t-il indiqué, sont notamment le lancement, en janvier 2015, du Tarif extérieur commun de la CEDEAO (TEC-CEDEAO), l’émission prochaine de la carte d’identité biométrique de la CEDEAO de même que la riposte régionale contre la maladie à virus Ebola.

«A l’aune de nos acquis, nous avons de quoi être satisfaits et fiers», a dit M. Sall, tout en rappelant les défis qui restent à relever par la sous-région ouest-africaine.

L’un de ces défis, selon lui, est lié à la vie de l’organisation.

«Nous devons accélérer le processus de création du marché commun, parachever la mise en œuvre du TEC-CEDEAO, finaliser la procédure d’adoption de l’APE régional et élever le niveau encore, trop faible, du commerce intracommunautaire», a-t-il dit.

Un autre défi de taille auquel est confronté l’espace CEDEAO, a indiqué Macky Sall, a trait au terrorisme, avec son lot quasi quotidien de victimes, plongeant des familles entières dans le malheur et le désarroi.

«Face à cette logique de la mort, il nous faut rester unis et solidaires dans l’action. Outre la réponse militaire indispensable, le temps est venu pour notre Organisation d’adopter une véritable stratégie globale de lutte préventive, par l’échange d’information et d’expérience, l’harmonisation de nos législations en la matière, le contrôle et la surveillance des frontières», a préconisé M. Sall.

Abondant dans le même sens, le président de la Commission de la CEDEAO, Kadré Désiré Ouédraogo, s’est notamment félicité de la détermination des chefs d’Etat et de gouvernement d’éradiquer le terrorisme en Afrique de l’Ouest.

«Le fait que vous ayez décidé de faire de la lutte contre le terrorisme le point central de votre Sommet n’en est que l’éloquente illustration», a déclaré M. Ouédraogo.

Au cours de ce 48ème sommet ordinaire qui s’achèvera demain après-midi et dont les travaux se déroulent à huis clos, les participants devront d’ailleurs examiner le rapport annuel 2015 du président de la Commission de la CEDEAO.

«Pour nous (fonctionnaires statutaires de la Commission qui ont pris fonction, comme moi, au cours du premier trimestre de l’année 2012), vos présentes assises sont le dernier sommet ordinaire auquel nous participons avant la fin en février 2016 de notre mandat de quatre ans», a fait savoir M. Ouédraogo.

Ce sommet examinera également le rapport de la 75ème session ordinaire du Conseil des ministres de la CEDEAO, celui de la 14ème session extraordinaire du même Conseil sur la réforme institutionnelle et l’expiration des mandats des fonctionnaires statutaires tout comme celui de la 35ème session ordinaire du Conseil de médiation et de sécurité de l’organisation régionale.

Outre le président nigérian, Muhammadu Buhari, le sommet rassemble les chefs d’Etat béninois, Dr Thomas Boni Yayi, burkinabé, Michel Kafando, ivoirien, Alassane Ouattara, gambien, Dr Yahya Jammeh, ghanéen, John Dramani Mahama, guinéen, Alpha Condé, bissau-guinéen, José Mario Vaz, malien, Ibrahim Boubacar Kéita, sénégalais, Macky Sall, et togolais, Faure Essozimna Gnassingbé.

La cérémonie d’ouverture du sommet s’est également déroulée en présence du vice-président libérien, des représentants du Cabo Verde, du Niger et de la Sierra Léone.

On notait aussi la présence, à cette cérémonie, de la présidente de la Commission de l’Union africaine, Dr. Nkosazana Dlamini Zuma, du président de la Commission de l’Union économique et monétaire Ouest-africaine, Cheikh Hadjibou Soumaré, du représentant spécial du secrétaire général des Nations unies en Afrique de l’Ouest, Dr. Mohamed Ibn Chambas, du vice-président, des Commissaires et de chefs d’autres institutions de la CEDEAO.

Share on :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Youtube Instgram