Twitter Facebook Youtube
La Présidentielle Togolaise organisée dans des conditions acceptables, estime la CEDEAO

DSC00759

L’élection présidentielle togolaise du samedi 25 avril 2015 s’est déroulée «dans des conditions acceptables de liberté et de transparence», a estimé la CEDEAO, soulignant qu’aucune entrave ni aucun incident majeurs susceptibles d’entacher l’intégrité du processus de vote n’ont été relevés.

Dans sa déclaration préliminaire délivrée dimanche à Lomé devant la presse, la mission d’observation électorale de l’organisation sous-régionale se félicite des efforts déployés par toutes les parties prenantes, notamment le peuple togolais, le gouvernement, les partis politiques et les forces de sécurité, pour assurer le bon déroulement du scrutin, dans le calme et la paix.

«Elle se félicite surtout du sens de responsabilité et de discipline dont ont fait preuve les électeurs dans l’expression de leurs droits civiques (et) souligne la participation active des femmes au processus de vote», adressant une mention particulière à la Commission électorale nationale indépendante (CENI) «pour l’organisation réussie du scrutin».

La mission estime que ce scrutin est déterminant, non seulement pour la consolidation de la gouvernance démocratique au Togo, mais aussi pour la réconciliation et l’unité nationales. Elle formule l’espoir que cette élection ouvrira la voie à l’approfondissement des réformes politiques, économiques et sécuritaires nécessaires au développement du pays.

En outre, elle lance un appel à toute la population togolaise, à tous les leaders des partis politiques, à leurs militants et sympathisants, pour qu’ils s’abstiennent de tout acte de violence, d’intimidation ou de provocation durant cette phase capitale de consolidation de la paix et de la démocratie, «dans l’intérêt supérieur de la nation».

«Elle les exhorte surtout à veiller, à tout moment, au respect de l’ordre et de la discipline et invite toutes les forces impliquées dans la sécurisation du processus à poursuivre leurs efforts conjoints, dans le strict respect de l’esprit républicain».

La mission d’observation électorale de la CEDEAO, qui a, comme d’habitude, émis sa déclaration avant la publication des résultats, «exhorte en particulier tous les candidats à recourir exclusivement aux voies légales pour le règlement de tout éventuel contentieux électoral».

Forte de 100 membres qui ont été déployés dans les cinq régions administratives du Togo et dirigée par l’ancien président intérimaire du Libéria, Amos Sawyer, la mission de la CEDEAO était appuyée par une équipe technique de douze experts dans divers domaines en relation avec les élections et la sécurité.

Dans l’accomplissement de sa tâche, elle a collaboré avec les autres institutions ayant envoyé des observateurs comme l’Union africaine (UA), l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), la Communauté des Etats sahélo-sahariens (CEN-SAD) et l’Institut Gorée, sans oublier l’Union européenne et les Nations unies.

Toutes ces institutions et structures, ainsi que les membres du corps diplomatique accrédité au Togo ont assisté à la présentation de la déclaration préliminaire, présidée par le Pr Sawyer entouré du président de la Commission de la CEDEAO, Kadré Désiré Ouédraogo, de la commissaire aux Affaires politiques, Paix et Sécurité de l’organisation, Salamatu Hussaini Sulaiman, et du directeur des Affaires politiques de la Commission, Remi Ajibewa.

A cet égard, la mission de la CEDEAO a salué le rôle d’accompagnement que les différentes missions d’observation électorale internationales ont joué, ainsi que la coordination et la concertation qui ont marqué leurs relations avec les acteurs politiques de la République togolaise tout au long du processus.

«Elle rend le même hommage aux autres partenaires au développement qui, à travers leur appui technique et financier, ont contribué à garantir le succès de l’élection du 25 avril 2015», lit-on dans la déclaration rendu publique par la CEDEAO.

La mission de la CEDEAO remercie enfin les autorités togolaises et les différentes structures impliquées dans l’organisation du scrutin pour toutes les mesures d’ordre logistique et sécuritaire prises en vue de faciliter le déploiement des observateurs, leur permettant ainsi d’accomplir efficacement leur mission.

A noter que la mission d’observation électorale est constituée de délégations du Conseil des sages de la CEDEAO ainsi que d’ambassadeurs des Etats membres accrédités auprès de la Commission à Abuja. Elle comprend également des experts en provenance des ministères des Affaires étrangères et des organes de gestion des élections des Etats membres, ainsi que des membres d’organisations de la société civile et de médias.

Son déploiement, décidé par le président de la Commission, se fait en conformité avec les dispositions pertinentes du Protocole additionnel de la CEDEAO sur la démocratie et la bonne gouvernance (adopté en 2001) et dans le cadre de son programme d’assistance électorale aux Etats membres.

Après le Nigéria, qui vient de réussir une alternance politique historique à l’issue d’élections unanimement jugées transparentes, honnêtes et crédibles, le Togo est le deuxième Etat membre de la CEDEAO à se soumettre au même exercice au cours de cette année 2015, avant la Guinée, la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso.

 

Direction de la Communication

Share on :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Youtube Instgram