Twitter Facebook Youtube
LA CEDEAO ET LE DANEMARK INTENSIFIENT LEURS EFFORTS DE COOPERATION EN MATIERE DE MIGRATION, DE PAIX ET SECURITE

La Commission de la CEDEAO et le Danemark s’emploient à renforcer leur collaboration dans le domaine des migrations, de la paix et de la sécurité.
Recevant une délégation danoise de 15 membres, venue effectuer une mission exploratoire au siège de la Commission de la CEDEAO à Abuja, le 16 août 2016, le Président de la Commission de la CEDEAO, Marcel de Souza, a insisté sur l’impérieuse nécessité d’œuvrer collectivement afin de résoudre les problèmes liés aux migrations clandestines, sous l’angle de la paix, de la sécurité et du développement économique de la région.

Le Président de Souza a déclaré à ses hôtes que le partenariat est d’importance capitale dans le cadre des efforts renouvelés visant à s’attaquer aux causes profondes de la malheureuse vague de migration des jeunes de l’Afrique de l’Ouest vers l’Europe, à travers le Sahara et la Méditerranée.

Parmi ces causes, le Président a cité la pauvreté, le chômage, l’absence de loisirs, tout en soulignant la nécessité d’une surveillance efficace des frontières ouest-africaines, en particulier celles des pays de transit tels que le Niger qui dispose d’une longue bande frontalière de 1.200 kilomètres de long.

Insistant sur la nécessité d’investir dans les populations d’Afrique de l’Ouest, il s’est référé au Protocole de la CEDEAO sur la Libre circulation des personnes, des biens et des services, qu’il a suggéré d’examiner de plus près, en tant qu’instrument propre à encourager une migration positive au sein de la région, mais qui contribue également à alimenter la migration clandestine.

Selon le Président de la Commission de la CEDEAO, 70 pour cent des mouvements migratoires de la zone se déroulent au sein de la région, seulement 9 pour cent sont dirigés vers l’Europe et l’Amérique et 6 pour cent vers l’Afrique centrale, tandis que deux-tiers des habitants de l’Afrique de l’Ouest sont âgés de moins de 25 ans. Il a prévenu contre l’oisiveté de ces jeunes qui pourraient être des proies faciles pour les agents recruteurs d’organisations terroristes.

Par ailleurs, le Président de la Commission a révélé que le volume des échanges commerciaux intra-communautaires a atteint 15 milliards de dollars en 2016, en signalant toutefois que les échanges des pays ouest-africains entre eux sont quatre fois moins élevés qu’avec l’Europe. Soulignant la nécessité d’établir un juste équilibre, il s’est félicité de l’assistance au développement apportée par le Danemark, qui couvre des programmes liés au développement des infrastructures, à la prévention et au règlement des conflits, au renforcement des capacités, à la bonne gouvernance et à la démocratie.

“Cette coopération avec le Danemark est l’une des meilleures que nous entretenons avec l’hémisphère nord. Ensemble, nous devons trouver une solution à la migration clandestine en nous attaquant à la racine du problème, notamment aux facteurs d’attraction. La situation économique favorise l’inflation et la montée du terrorisme. Nous devons sensibiliser nos femmes et aussi nos hommes aux responsabilités liées à la procréation” a-t-il ajouté.

Le président a également fait le point de la situation dans la région, mettant l’accent sur la catastrophe naturelle survenue en Sierra Leone et les problèmes de sécurité que connaissent certains pays membres, notamment le Burkina Faso, et sollicitant une assistance à cet égard, au regard de la détermination de l’organisation régionale à maîtriser la situation.

Au cours de cette rencontre, Mme Kinza Jawara-Njai, qui représentait le Commissaire chargé du Commerce, des Douanes et de la Libre Circulation, a fait un exposé sur le programme de la CEDEAO en matière de migrations irrégulières, en soulignant la disponibilité de l’organisation à renforcer son partenariat avec les Nations Unies, avec une approche holistique incluant des initiatives transfrontalières, la disponibilité d’un fonds des donateurs et un dialogue sur le thème de la migration et du développement.

Pour sa part, Mme Ulla Tornaes, Ministre du Développement international et chef de la délégation danoise, a souligné que le Danemark suit une approche globale en matière de paix et de sécurité en Afrique et au sein de la CEDEAO, et cherche actuellement à la mettre en œuvre avec l’appui du Parlement danois.

Soutenue par le Ministre danois de l’Immigration et de l’Intégration, Mme Inger Stojberg, la délégation danoise a reconnu le rôle joué par la CEDEAO pour promouvoir la paix et la sécurité dans la région. Elle a également souligné les liens étroits qui existent entre la migration irrégulière, le travail, la mobilité, la productivité et la réintégration, tout en exprimant son soutien à toute mesure destinée à permettre aux citoyens de mener une vie productive, au lieu de se lancer aveuglément dans l’aventure de la migration.

Notant l’importance de la sécurité maritime pour le commerce, la croissance, la prospérité et la réintégration, la délégation a exhorté la CEDEAO à faire preuve de persévérance à cet égard.
Mme Tornaes a également déclaré : “Il est important de se pencher sur la question du développement démographique. Il existe un lien étroit entre la pauvreté et le taux de fécondité, mais nous voulons que vos jeunes aient de l’espoir pour l’avenir”.

La délégation danoise a, par ailleurs, abordé des questions liées à l’adoption de lois destinées notamment à décourager les mariages précoces, le nombre élevé d’enfants…
Etaient présents lors de ces entretiens préliminaires qui se sont tenus dans le cadre de la coopération danoise, le Vice-président de la Commission de la CEDEAO, M Edward Singhatey, le Commissaire aux Finances de la CEDEAO, M. Kebbe Ahmed Kouroma, ainsi que l’Ambassadeur du Danemark accrédité au Nigeria, S.E. Torben Gettermann.

Share on :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Youtube Instgram