Twitter Facebook Youtube
La session 2017 initiée à l’intention de certains jeunes de l’espace CEDEAO s’achèvera le 12 février 2018 à Porto-Novo
Porto-Novo (Bénin), le 11 février 2018. 72 jeunes de l’espace de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), dont 48 garçons et 24 filles, devront recevoir leurs attestations, le lundi 12 février 2018, au Centre Songhaï de Porto-Novo, au Bénin, à l’issue d’une session de renforcement de capacités de trente jours.

La formation est organisée par le Centre de développement de la jeunesse et des sports de la Cedeao (CDJS/CEDEAO), une Agence spécialisée de l’organisation régionale basée à Ouagadougou, au Burkina Faso, en partenariat avec le Centre Songhaï de Porto-Novo.

Pour l’édition 2017 de cette formation, les stagiaires sont venus de 13 des 15 Etats membres de la Cedeao. Il s’agit du Bénin, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, de la Gambie, du Ghana, de la Guinée, de la Guinée-Bissau, du Liberia, du Mali, du Niger, du Nigéria, du Sénégal et du Togo. Seuls les jeunes du Cabo Verde et de la Sierra-Leone n’ont pas pu faire le voyage de Porto-Novo.

La session, démarrée le 13 janvier 2018, a permis aux stagiaires d’améliorer leurs connaissances théoriques et pratiques dans des filières telles que l’agriculture, la production végétale, l’élevage, la pisciculture, la transformation agroalimentaire et l’artisanat.

Au terme de la session, chaque stagiaire élaborera un business plan, recevra un kit lié à son domaine de formation, ainsi qu’une enveloppe financière de 500 dollars américains à investir dans son projet d’entreprise existant ou pour démarrer un nouveau projet.

Les formations de renforcement de capacités au profit des jeunes ouest-africains sont organisées chaque année et ce, depuis 2007, au Centre Songhaï de Porto-Novo, par le CDJS/CEDEAO.

Elles s’inscrivent dans la dynamique de l’emploi des jeunes et se proposent, entre autres, de renforcer les capacités d’entrepreneurs de ces derniers, de contribuer à leur insertion socioprofessionnelle, d’accroître leur employabilité, d’appuyer leurs projets et de favoriser le développement de partenariat entre eux.

Pour bénéficier de ces formations, ces jeunes des deux sexes devront être instruits, de bonne moralité et âgés de 18 à 35 ans. Ils auront également à choisir l’un de ces modules : agriculture, production végétale, transformation agroalimentaire, pisciculture, élevage et artisanat.

Share on :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Youtube Instgram