Twitter Facebook Youtube
Une conférence visant à mieux faire connaitre la CEDEAO en Côte d’Ivoire
Photo de famille à l’issue de la conférence

Abidjan, le 14 novembre 2017. L’ancien Commissaire chargé des Politiques macroéconomiques de la Commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), Prof Lambert N’galadjo Bamba, a récemment animé, à Abidjan, en Côte d’Ivoire, une conférence de presse sur « le passage de la CEDEAO des Etats à la CEDEAO des Peuples ».

Occasion pour lui de présenter les différentes institutions, les Etats membres, les ambitions, les grands chantiers, les défis et les perspectives, ainsi que la Vision 2020 de l’organisation régionale.

Devant plusieurs personnalités ivoiriennes, notamment le ministre de l’Intégration africaine et des Ivoiriens de l’extérieur, Ally Coulibaly, parrain de l’événement, et le représentant résident de la Cedeao en Côte d’Ivoire, l’ambassadeur Babacar Carlos Mbaye, le conférencier a évoqué les défis majeurs de cette Vision en termes de pauvreté, de forte démographie, de problématique des conflits et du terrorisme.

Cette conférence, organisée par la représentation résidente de la Cedeao en Côte d’Ivoire, a pour ambition de mieux faire connaître l’organisation régionale dans ce pays.

De hauts fonctionnaires ivoiriens, des responsables d’associations de ressortissants de pays ouest-africains, des diplomates accrédités auprès de la Côte d’Ivoire, des représentants d’organisations de la société civile et du secteur privé, des étudiants et enseignants, de même que des journalistes ont assisté à cette conférence.

La séance des questions-réponses, animée par le conférencier et le représentant du gouvernement ivoirien, Stéphane Aka-Anghui, a porté sur le développement économique, la paix, la sécurité, la culture et l’immigration en Afrique de l’Ouest, sans oublier la monnaie unique et l’adhésion du Maroc à la Cedeao.

Pour sa part, l’ambassadeur Babacar Carlos Mbaye a éclairé l’assistance sur la vision de la Cedeao sur les problématiques liées à l’immigration clandestine, l’emploi des jeunes, la recherche académique et la culture.

Share on :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Youtube Instgram