Twitter Facebook Youtube
Réunion de lancement du réseau du projet ALISA à Abidjan

Abidjan, le 21 mars 2019. La capitale économique ivoirienne, Abidjan, servira de cadre, le vendredi 22 mars 2019, au lancement du réseau informatique douanier pour le transit régional (ALISA) des Etats membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao).

Le projet ALISA ambitionne d’utiliser les technologies de l’information pour faciliter les échanges, les transports et la libre circulation des marchandises dans l’espace Cedeao.

Il offre d’énormes avantages aux institutions étatiques, aux organismes financiers et au secteur privé en permettant de partager des informations ainsi que des données en temps réel, d’améliorer les délais d’attente, et d’accroître les revenus par la réduction des coûts du transit et des transports.

Dr Zouli Bonkoungou, commissaire des Télécommunications et des Technologies de l’information de la Commission de la Cedeao
Tèi Konzi, commissaire des Douanes, du Commerce et de la Libre circulation de la Commission de la Cedeao

La facilitation et la sécurisation du commerce international ; l’amélioration de l’efficience et de l’efficacité des procédures de transit, de même que celle de la prévention et de la détection des fraudes ; la simplification et la sécurisation des opérations de transit, l’échange électronique de données de transit ainsi que l’augmentation des recettes douanières grâce à une prestation de services plus efficace sont, entre autres, les objectifs poursuivis par le système ALISA.

Quant aux résultats attendus du projet, ils portent principalement sur l’amélioration de l’environnement des affaires, l’augmentation et la sécurisation des recettes douanières, la contribution à la croissance et la compétitivité des économies de l’Afrique de l’Ouest.

Le projet ALISA est constitué d’une interface avec les systèmes douaniers existants dans les Etats membres de la Cedeao leur permettant d’échanger des données à travers une connectivité internet sécurisée. Ces données et d’autres informations seront disponibles, et pourront être échangées à partir d’une base de données douanière régionale centralisée.

Le système ALISA offre d’énormes avantages aux gouvernements des Etats membres et à la commission de la Cedeao, à l’administration des douanes, aux institutions financières, au secteur privé, aux entreprises et aux hommes d’affaires.

Le projet d’interconnexion des systèmes informatiques douaniers participe des actions entreprises par la Cedeao pour fluidifier la circulation des marchandises sur les différents corridors routiers de l’Afrique de l’Ouest par la mise à disposition, par voie digitale, d’informations aux bureaux de douanes sur les cargaisons en transit d’un Etat à un autre.

La rencontre d’Abidjan permettra aux participants d’apprécier davantage les atouts et les enjeux du projet ALISA, ainsi que la place importante qu’occupe ce dernier dans l’objectif de constitution du marché régional ouest africain.

Au nombre de ces participants, on peut citer le secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre ivoirien en charge du Budget et du Portefeuille de l’Etat, les directeurs généraux des Douanes des Etats membres de la Cedeao, le commissaire en charge des Douanes, du Commerce et de la Libre circulation de la commission de l’organisation régionale, Tèi Konzi, et son collègue des Télécommunications et des Technologies de l’information, Dr Zouli Bonkoungou.

D’autres cadres de ladite commission, en particulier, le directeur du Centre informatique communautaire, Dr Osei Tutu Agyeman-Duah, celui de l’Union douanière et de la Fiscalité, Salifou Tiemtoré, et le directeur de la Communication de la Cedeao par intérim, Liberor Doscof Aho, participeront également à la réunion.

Des représentants de la commission de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA), du Secrétariat de l’Organisation mondiale des douanes (OMD), de la Conférence des Nations unies sur le Commerce et le Développement (CNUCED), de l’Union européenne, de la Banque mondiale, de la Coopération allemande, de l’Agence de coopération internationale du Japon (JICA), et de l’Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID) prendront aussi part aux travaux.

Share on :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Youtube Instgram