Twitter Facebook Youtube
Mise en service du Poste de Contrôle Juxtaposé de Noèpé-Akanu

Lomé, le 25 octobre 2018. Les présidents togolais, Faure Essozimna Gnassingbé, et ghanéen, Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, devront procéder, le vendredi 26 octobre 2018, à l’inauguration du poste de contrôle juxtaposé (PCJ) de Noèpé-Akanu, à la frontière entre leurs deux pays.

L’évènement se déroulera en présence du président de la Commission de la Cedeao, Jean-Claude Kassi Brou, du Commissaire chargé des Infrastructures de ladite Commission, Pathé Gueye, du représentant de l’Union européenne (UE), et des autorités politico-administratives du Togo et du Ghana.

Le PCJ de Noèpé-Akanu, pour lequel l’UE a assuré le financement de la construction à hauteur de 13 605 430 €, s’inscrit dans le cadre du Programme régional de facilitation des transports adopté par la 26ème Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la Cedeao tenue à Dakar, au Sénégal, en 2003.

Les objectifs du programme sont notamment la réduction de la pauvreté, l’amélioration des services de transports régionaux, la réduction des coûts de transport et de transaction, la promotion du commerce interrégional et intra-régional, la facilitation du mouvement des personnes, des biens et des services ainsi que la promotion de l’intégration ouest-africaine.

Le PCJ de Noèpé-Akanu, situé à environ une trentaine de kilomètres de Lomé, la capitale togolaise, devra contribuer à la facilitation des formalités aux frontières entre le Togo et le Ghana dans le contexte du protocole régional relatif à la libre circulation des personnes et des biens qui constitue le socle de l’intégration régionale.

Il est d’une importance stratégique et se situe sur le corridor Abidjan-Lagos qui représente 70% de l’ensemble du commerce en transit de la sous-région. Ce corridor fait également partie intégrante du réseau routier transafricain.

L’objectif de la mise en œuvre des postes de contrôle juxtaposés par la Communauté est d’assurer une meilleure facilitation du commerce grâce à la combinaison des activités de dédouanement au même endroit en vue de réaliser des économies d’échelle, de simplifier les procédures douanières, d’accroître la coopération et la coordination des contrôles, d’encourager le partage de données et de renseignements, ainsi que de renforcer la lutte contre les fraudes.

Cela entraîne également une efficacité accrue des contrôles transfrontaliers grâce à un meilleur partage de données, d’opérations conjointes et d’initiatives de gestion des risques.

La construction des PCJ est une initiative des Commissions de la Cedeao et de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA).

Le PCJ de Noèpé-Akanu est subdivisé en zones pour les opérations de transport de véhicules commerciaux et de passagers, de manutention et du fret de marchandises (douanes), du transit et d’inspection du bétail.

Sur ce site de 17 hectares, deux grands immeubles, de nouvelles aires de stationnement sur place en béton, de réseau routier, de chaussées rigides, de pavés autobloquants et de passages piétons, tout comme de nouveaux bâtiments annexes (rez-de-chaussée) ont été construits.

La mise à disposition du poste de contrôle juxtaposé de Noèpé-Akanu et d’infrastructures d’habilitation constitue d’une part un projet phare pour la Cedeao et d’autre part, un bon exemple de bien public régional qui comporte de nombreux avantages, notamment la sensibilisation des usagers de la frontière entre le Togo et le Ghana sur la lutte contre le harcèlement, l’extorsion de fonds et les pratiques répréhensibles le long des corridors.

Share on :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Youtube Instgram