Twitter Facebook Youtube
Les questions institutionnelles, la Guinée-Bissau et le Maroc domineront le 52ème Sommet de la CEDEAO à Abuja
Photo de famille du Sommet de Monrovia, juin 2017. Archives

Abuja, le 15 décembre 2017. Les questions institutionnelles, la situation politique et sécuritaire en Guinée-Bissau, l’attribution des postes statutaires à la Cedeao, le statut d’observateur de la Tunisie, l’accord d’association de l’organisation régionale avec la Mauritanie, et l’adhésion du Maroc à l’espace communautaire.

Tels sont, entre autres, les principaux sujets à l’ordre du jour de la 52ème session ordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) qui se tiendra, le samedi 16 décembre 2017, à Abuja, au Nigeria.

En juin 2017, à Monrovia, au Liberia, lors de leur 51ème session ordinaire, les leaders ouest-africains avaient donné leur accord de principe pour l’adhésion du Maroc à la Communauté, tout en demandant à la Commission d’examiner les implications d’une telle adhésion conformément aux dispositions du Traité Révisé de la Cedeao, et de soumettre les résultats à cette 52ème session.

Pour ce faire, une étude d’impact à cette adhésion a été commanditée, et ses résultats seront présentés à ladite session.

Concernant la Mauritanie, ancien Etat membre, les dirigeants ouest-africains lui ont demandé de présenter une requête de réadmission à la Cedeao ; alors qu’à la Tunisie, ils lui ont accordé le statut d’observateur. Ils ont, par ailleurs, instruit la Commission de prendre les dispositions en vue de s’assurer que toutes les règles et procédures relatives au statut d’observateur sont adoptées.

A cet effet, ils suivront au cours du Sommet d’Abuja des présentations sur la mise en œuvre de l’Accord d’association de la Cedeao avec la Mauritanie, et le mémorandum d’entente signé avec la Tunisie en qualité d’observateur de l’organisation régionale.

D’autres présentations porteront également sur la situation politique et sécuritaire en Guinée- Bissau ; le mémorandum du chef de l’Etat togolais et président en exercice de la Conférence, Faure Essozimna Gnassingbé, sur l’attribution des postes statutaires à la Cedeao.

Ces différents documents seront présentés lors d’une session à huis clos intégral, c’est-à-dire réservée uniquement aux chefs d’Etat et de gouvernement.

Lors d’une autre session à huis close simple, les leaders ouest-africains devront examiner le rapport de la 79ème session ordinaire du Conseil des ministres, celui de la 39ème session ordinaire du Conseil de médiation et de sécurité de la Cedeao, ainsi que le rapport annuel 2017 du président de la Commission, Marcel de Souza.

La signature des actes et décisions de la Communauté, la lecture du communiqué final, le choix de la date et du lieu du 53ème Sommet ordinaire de la Cedeao, la conférence de presse du président en exercice de la Conférence et de celui de la Commission, sans oublier la traditionnelle photo de famille seront d’autres temps forts de la rencontre d’Abuja.

La cérémonie d’ouverture de la rencontre sera marquée par le mot de bienvenue du président nigérian, Muhammadu Buhari, suivi des allocutions du président de la Commission, Marcel de Souza, et du représentant spécial du secrétaire général des Nations unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel, Dr Mohamed Ibn Chambas.

Les chefs d’Etat et de gouvernement suivront également l’intervention du président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, et le discours d’ouverture du président en exercice de la Cedeao, Faure Essozimna Gnassingbé.

Ils devront en outre suivre les interventions des invités spéciaux du Sommet que sont le président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, et son homologue tunisien, Beji Caid Essebsi.

 

Share on :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Youtube Instgram