Twitter Facebook Youtube
Aider la CEDEAO à améliorer les réseaux de surveillance et de riposte contre les épidémies dans les Etats membres

11 300 citoyens de la Guinée, de la Sierra Leone et du Liberia ont perdu la vie à la suite de l’épidémie d’Ebola survenue entre 2014 et 2015. Pour que l’Afrique de l’Ouest ne revive plus jamais cette tragédie, la Commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) et l’Union Européenne (UE) se sont données la main pour mettre en œuvre un projet d’appui au Centre régional de surveillance et de contrôle des maladies dans la zone Cedeao.

La 1ère réunion préparatoire pour le lancement du projet a débuté le mardi 22 mai 2018, à Abuja, au Nigeria, sous la présidence de Dr. Siga Fatima Jagne, Commissaire en charge du Genre et des Affaires Sociales de la Commission de la Cedeao.

Financé à hauteur de 5 millions d’euros par l’UE sur une période de 3 ans, ce projet a pour but d’améliorer le fonctionnement des réseaux de surveillance et de riposte dans les Etats membres de la Cedeao. Il vise également une meilleure coordination des actions initiées dans le cadre de la mise en œuvre du règlement sanitaire international dans la région.

Le démarrage prochain de ce projet permettra à l’espace communautaire de disposer d’un système d’information et de surveillance sanitaire, de laboratoires, d’équipes régionales de ripostes et d’un mécanisme de recherche et de renforcement des capacités des agents. L’Organisation ouest africaine de la santé (OOAS) sera quant à elle renforcée dans ses capacités afin de mieux remplir son mandat d’appui-conseil aux Etats membres en matière de lutte contre les épidémies.

A l’ouverture des travaux, le directeur du Département du contrôle des maladies de l’OOAS, Dr. Carlos Brito, s’est félicité du soutien de l’UE qui permettra à l’OOAS de pouvoir assurer une meilleure coordination des actions de surveillance et de contrôle des maladies en Afrique de l’Ouest.

Pour sa part, le chef de la Coopération à la Délégation de l’UE au Nigeria, Kurt Cornelis, a rappelé que ce soutien est le deuxième du genre accordé à la communauté ouest-africaine. L’UE, a-t-il dit, avait offert par le passé, des laboratoires mobiles afin de diagnostiquer, de traiter et de contrôler l’évolution de la fièvre Lassa.

M. Cornelis a ensuite réaffirmé l’engagement de l’UE à travailler étroitement avec la Cedeao parce que, selon lui, les deux institutions partagent les mêmes valeurs à savoir, la bonne gouvernance en matière de sécurité sanitaire, la promotion de la paix, le respect des droits humains, la démocratie, la croissance et la réduction de la pauvreté à travers l’intégration économique régionale.

En procédant à l’ouverture de la rencontre, Dr. Siga Fatima Jagne, Commissaire du Genre et des Affaires sociales de la Commission de la Cedeao, a exprimé sa gratitude à l’UE pour son appui financier à l’organisation ouest-africaine.

« La Commission de la Cedeao reste engagée aux côtés des Etats membres dans la mise en place des infrastructures essentielles dans la surveillance et le contrôle des maladies », a déclaré Dr. Siga Fatima Jagne.

Share on :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Youtube Instgram