Twitter Facebook Youtube
Une série de recommandations visant à assurer l’équité et l’égalité du genre dans les Etats membres de la Cedeao
Le Vice-président ivoirien, Daniel Kablan Duncan

Le Conseil des ministres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) devra s’approprier la feuille de route pour la mise en œuvre de l’Acte additionnel sur l’égalité de droits entre les femmes et les hommes pour le développement durable dans l’espace communautaire.

C’est l’une des décisions de la réunion périodique des ministres en charge de la Femme et du Genre des Etats membres de la Cedeao qui s’est tenue, le vendredi 10 février 2017, à Abidjan, en Côte d’Ivoire.

A l’issue de la rencontre, il a également été demandé à la Commission et au Conseil des ministres de la Cedeao de prendre des mesures appropriées pour permettre au ministre en charge des questions du Genre et de la Femme de l’Etat assurant la présidence en exercice de l’organisation régionale de présenter un rapport sur la situation du genre dans l’espace Cedeao, lors de chaque sommet ordinaire des dirigeants ouest-africains.

Pour ce faire, la Commission a été encouragée à concevoir un système de revue annuelle des progrès, des obstacles et des défis de l’égalité du genre dans les Etats membres.

Les ministres ont, par ailleurs, lancé un appel aux leaders de la région afin qu’ils réitèrent leurs instructions visant à renforcer les efforts nécessaires à l’instauration et au maintien d’un environnement propice à la réalisation de l’équité et de l’égalité du genre dans ces Etats.

Une autre décision de la réunion porte sur l’adoption, à l’unanimité, d’une Déclaration en l’honneur de Mme Ellen Johnson-Sirleaf, présidente du Liberia et présidente en exercice de la Conférence des chefs d’État et de gouvernement de la Cedeao.

Photo de famille

A travers cette Déclaration, les participants lui ont rendu un hommage appuyé en sa triple qualité de première femme africaine chef d’Etat, de lauréate du prix Nobel de la paix, et de présidente en exercice de l’organisation régionale.

A l’issue de la réunion, la ministre ivoirienne de la Femme, de la Protection de l’enfant et de la Solidarité, Prof Mariatou Koné, a souhaité la validation de ces recommandations par le Conseil des ministres et leur adoption par les chefs d’Etat et de gouvernement de la Cedeao.

Mme Koné, qui a présidé les travaux, en lieu et place de la ministre libérienne du Genre et du Développement, dont le pays assure actuellement la présidence tournante de la Cedeao, s’est félicitée de ces recommandations, et a remercié les participants pour la qualité et la pertinence de leurs contributions.

Ces travaux ont porté sur l’examen d’une série de documents dont la mise en œuvre efficiente contribuerait à la réalisation de la Vision 2020 de la Cedeao, à travers l’exécution de programmes ayant une incidence directe sur les conditions de vie des populations de la région.

Au nombre de ces documents, on peut citer la feuille de route pour la mise en œuvre de l’Acte additionnel relatif à l’égalité de droits entre les femmes et les hommes pour le développement durable dans l’espace communautaire.

Il y a aussi le Plan d’action régional de la Cedeao de lutte contre la fistule obstétricale en Afrique de l’Ouest, de même que le cadre stratégique de la Cedeao pour le Genre et les Elections, et son plan d’action.

Le plan d’action 2017-2020 pour la composante femme, paix et sécurité du Cadre de prévention des conflits de la Cedeao a également été examiné par la rencontre, qui a eu pour thème : « Les priorités des Etats membres de la Cedeao dans le contexte de la mise en œuvre de l’Acte Additionnel relatif à l’égalité des droits entre les Femmes et les Hommes en relation avec les Objectifs de développement durable (ODD) et de l’Agenda 2063 de l’Union africaine ».

Déjà à l’ouverture des travaux, le chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara, par la voix de son Vice-président, Daniel Kablan Duncan, a souligné l’importance des actions des ministres en charge de la Femme et du Genre dans les Etats membres de la Cedeao. Ces actions, a-t-il dit, s’inscrivent dans le cadre de la promotion de la bonne gouvernance et de la lutte contre la pauvreté, et contribuent à la consolidation de la cohésion, de la paix et de la stabilité en Afrique de l’Ouest.

Quant à la Commissaire de la Commission de la Cedeao chargée des Affaires sociales et du Genre, Dr Fatimata Dia Sow, représentant le président de ladite Commission, Marcel de Souza, elle a rappelé les initiatives déjà prises par l’organisation régionale en vue de l’examen des dossiers inscrits à l’ordre du jour de la présente réunion. Elle a indiqué qu’une attention particulière sera accordée aux recommandations formulées par les participants.

A l’ouverture des travaux, les représentants d’ONU Femmes, Mme Diana Ofwona, et du directeur régional du Fonds des Nations unies pour la Population (FNUAP), Idrissa Ouédraogo, ont encouragé les Etats membres de la Cedeao à mettre effectivement en application des lois rigoureuses œuvrant à l’épanouissement de la jeune fille et de la femme.

Ils ont souhaité pouvoir compter sur l’engagement des ministres présents à Abidjan en faveur de l’avènement d’une Afrique prospère.

Share on :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Youtube Instgram