Twitter Facebook Youtube
Une reunion extraordinaire du CAF essentiellement consacrée à l’examen de la Reforme institutionnelle

Le président du Comité de l’administration et des finances (CAF) de la Commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), l’ambassadeur Kadangha Bariki Limbiyè, du Togo, dont le pays assure actuellement la présidence en exercice de la Cedeao, a plaidé pour une restructuration de l’organisation régionale.

Dans son allocution à l’ouverture, le lundi 28 mai 2018, à Lomé, au Togo, d’une réunion extraordinaire du CAF sur la réforme institutionnelle, M. Limbiyè a rappelé à l’assistance l’importance capitale de cette réforme pour la Cedeao.

« Cette réforme permettra à la Cedeao de s’inscrire dans une nouvelle dynamique d’efficacité et de pragmatisme, de répondre aux exigences des règles modernes de gouvernance qui requièrent à la fois rationalité et rigueur », a-t-il déclaré.

C’est pourquoi, a indiqué M. Limbiyè, il s’avère impérativement nécessaire de parachever la restructuration de la Commission et des autres institutions de la Cedeao, de manière à améliorer leur efficience opérationnelle envisagée, et d’économiser des ressources pour les consacrer aux projets et programmes au bénéfice des citoyens ouest-africains.

« La Cedeao, pour marquer un changement radical dans sa gouvernance doit mourir un peu dans une vie, pour entrer dans une autre. Comme nous le voyons, cette réforme institutionnelle marque un tournant décisif dans la vie de la Cedeao», a dit M. Limbiyè.

Ce tournant sera amorcé par l’équipe dirigeante actuelle de la Commission de la Cedeao, a déclaré pour sa part la Vice-présidente de cette Commission, Mme Finda Koroma.

« C’est à la nouvelle équipe dirigeante de la Commission, entrée en fonction le 1er mars 2018, qu’échoit la lourde mais cruciale tâche de réalisation du projet de réorganisation de l’ensemble des institutions », a souligné Mme Koroma.
Pour la Commission de la Cedeao, a-t-elle fait savoir, la présente réunion est d’une importance capitale car les décisions et les propositions qui en sortiront, devront permettre la mise en place de structures fortes et durables au sein de la Communauté, pour la fourniture de services de qualité aux Etats membres.

« L’objectif ultime demeure la conception et la réalisation de programmes à fort impact pour le compte des Etats membres. Dans le même temps, nous pourrons réaliser la vision et la mission de la Communauté, en ce qui concerne le développement socioéconomique et la réduction de la pauvreté dans les pays membres, de manière à améliorer les conditions de vie des populations », a conclu Mme Finda Koroma.

Pour sa part, le président de la Commission de la Cedeao, Jean-Claude Kassi Brou, est revenu sur cette rencontre qui sera essentiellement consacrée à l’examen du nouvel organigramme des institutions communautaires, avant sa présentation au Conseil des ministres de l’organisation régionale.

L’adoption de cet organigramme, a dit M. Brou, constituera une étape primordiale de la réforme institutionnelle débutée depuis 2013.

« Cette réforme institutionnelle a été demandée par les chefs d’Etat et de gouvernement pour renforcer l’efficacité des institutions de la Cedeao, rationnaliser leur fonctionnement et maitriser les coûts de leurs opérations », a-t-il noté.

Il a rappelé qu’aucune œuvre humaine n’est parfaite, encore moins l’organigramme qui sera présenté aux membres du CAF. Toutefois, a-t-il indiqué, des dispositions sont prises pour qu’il soit très raisonnable et permettre de prendre en charge les besoins structurels et opérationnels vitaux de l’espace communautaire.

La première journée des travaux de la présente réunion coïncide avec la commémoration, ce lundi 28 mai 2018, du 43ème anniversaire de la création de la Cedeao.

« Nous aurions dû marquer un arrêt pour célébrer cet évènement important dans tous nos pays. Nous n’avons pas pu le faire malheureusement, en convoquant cette réunion du CAF, en raison du calendrier très chargé des actions que nous devons présenter à la prochaine réunion de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement. Je vous prie de bien vouloir nous en excuser », a conclu Jean-Claude Kassi Brou.

Share on :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Youtube Instgram