Twitter Facebook Youtube
Sekou SANGARE s’imprègne du projet de soutien au plan régional de lutte et de contrôle des mouches des fruits en Afrique de l’ouest
Des femmes triant des mangues séchées

Bobo-Dioulasso (Burkina Faso), le 12 août 2018. Le Commissaire de l’Agriculture, de l’Environnement et des Ressources en eau de la Commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), Sékou Sangaré, s’est dit convaincu de l’utilité du Projet de soutien au plan régional de lutte et de contrôle des mouches des fruits en Afrique de l’Ouest.

Il l’a affirmé lors des visites qu’il a effectuées dans certaines structures et des échanges qu’il a eus avec des acteurs bénéficiaires du Projet à Bobo-Dioulasso, une ville située à plus de 500 km de Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso.

C’est ainsi qu’il s’est entretenu avec les divers maillons de l’Association interprofessionnelle mangue du Burkina Faso (APROMAB), que sont les producteurs, les transformateurs et les exportateurs d’une part, et a également visité un centre de conditionnement, une unité de séchage et de transformation de mangues, ainsi que le laboratoire dudit Projet, d’autre part.

Il a d’ailleurs été rejoint dans ce laboratoire par le ministre burkinabè de l’Agriculture et des Aménagements hydrauliques, Jacob Ouédraogo, avec qui, il avait procédé à la remise de 4 303 tonnes de céréales dont 2 053 tonnes de maïs, 1 000 tonnes de sorgho, 1 000 tonnes de mil et 250 tonnes de riz local remboursables, grain pour grain, pour compter de janvier 2019, et destinées aux populations du Burkina Faso en difficultés alimentaires.

On retiendra des différents entretiens et visites de M. Sangaré à Bobo-Dioulasso qu’il existe 33 700 hectares de vergers de manguiers, 15 000 producteurs, 97 unités de transformation, 17 exportateurs, 6 unités de conditionnement et 1. 500 000 bénéficiaires indirects pour la filière mangue au Burkina Faso.

Ces visites et rencontres ont permis à Sékou Sangaré, au directeur de la Communication de la Cedeao par intérim, Liberor Doscof Aho, et aux cadres de l’Agence régionale pour l’agriculture et l’alimentation (ARAA), une structure de la Cedeao basée à Lomé, au Togo, de mieux s’imprégner des principales difficultés auxquelles est confrontée cette filière, qui contribue pour plus de 18 milliards de Francs CFA par an à l’économie burkinabè.

M. Sangaré (en boubou avec chapeau) à l’issue de sa rencontre avec l’APROMAB

Au nombre de celles-ci, on peut citer notamment les mouches des fruits ; l’insuffisance des produits de lutte et du matériel de traitement ; d’importantes pertes de production estimées à plus de 80% de la production totale de mangues ; la conservation, la transformation, la commercialisation et les exportations de mangues ; sans oublier la formation des acteurs des différents maillons de la filière.

Ces difficultés constituent de sérieuses inquiétudes pour ces acteurs, à un an de la fin du Projet de soutien au plan régional de lutte et de contrôle des mouches des fruits en Afrique de l’Ouest.

Ces derniers ont loué le Projet, et plaidé pour son renouvellement, en raison de ses résultats probants sur le terrain.

Pour M. Sangaré, ces résultats ont permis d’augmenter de 40% le volume des exportations de mangues, et de réduire considérablement les interceptions et les rejets de mangues sur le marché européen ; d’où l’utilité du Projet pour les Etats membres de la Cedeao.

« Il y a un besoin de continuer ce Projet. Cela sera difficile pour quelqu’un de me convaincre de l’arrêter. Il y a beaucoup de résultats positifs qui enchantent tout le monde. Il importe maintenant de pérenniser les acquis et les avantages du Projet. Mais on peut faire mieux. Il y a encore du travail. Tout n’est pas parfait ; mettons-nous ensemble pour régler les problèmes liés à la filière mangue », a indiqué Sékou Sangaré.

Il a encouragé les acteurs de la filière, non seulement à explorer d’autres marchés que celui de l’Europe, tels que ceux des pays du Maghreb, de la Tunisie, de l’Arabie saoudite et de l’Afrique de l’Ouest, mais également à diversifier leur production par la culture du maïs, de la noix de cajou ou l’anacarde, etc.

Il les a également invités à travailler avec le secteur privé, qui, a-t-il dit, a un rôle important à jouer dans le développement de la filière mangue dans l’espace communautaire.

Cette filière, confrontée notamment aux interceptions de mangues aux frontières de l’Union européenne entraînent chaque année des rejets et des destructions de cargaisons de mangues infestées par les mouches des fruits, causant de lourdes pertes pour les pays producteurs ouest-africains.

Le Projet de soutien au plan régional de lutte et de contrôle des mouches des fruits en Afrique de l’Ouest, a justement été initié par la Cedeao et l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) en vue de réduire ces pertes.

D’un montant total de 23,5 millions d’euros, soit 15,8 milliards de Francs CFA, il est cofinancé par l’Union européenne, l’Agence française de développement, la Cedeao et ses Etats membres.

Il vise à améliorer les revenus des producteurs de fruits et légumes, et particulièrement des petits producteurs, pour contribuer à la sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest et à la réduction de la pauvreté.

Le Projet, qui appuie onze (11) pays producteurs et exportateurs de mangues (Benin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée Bissau, Mali, Nigeria, Sénégal et Togo), repose sur cinq (5) composantes interdépendantes que sont la surveillance, la lutte, le renforcement des capacités, la recherche appliquée, et la coordination chargée de la mise en œuvre de l’ensemble du Projet et des actions transversales.

Share on :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Youtube Instgram