Twitter Facebook Youtube
Les forces de maintien de la paix de la CEDEAO se forment au droit de la guerre
G-D, Myriam El Kholi, ICRC, Abdourahmane Dieng, ECOWAS et Frederico Almendra (Col R), ICRC

Communiqué de presse CICR / CEDEAO

20 novembre 2017

Abuja (Nigéria) – Environ 40 membres de la Force en attente de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont entamé aujourd’hui une formation sur le droit international humanitaire (DIH) – connu aussi sous le nom de droit de la guerre – et sur les règles applicables au maintien de l’ordre dans les situations de conflit armé. Ce cours de cinq jours est organisé conjointement par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et la Commission de la CEDEAO.

« Nous vivons une époque marquée par des situations de violence et de conflit armé de plus en plus complexes, pas seulement en Afrique mais dans le monde entier », a déclaré Myriam El Kholy, cheffe adjointe de la délégation du CICR au Nigéria. « C’est dans les moments difficiles comme ceux que nous connaissons actuellement que nous devons démontrer clairement par nos paroles et par nos actions que les guerres ont des limites. »

La Force en attente de la CEDEAO (FAC) est une force multidisciplinaire composée de militaires, de policiers et de civils issus des États membres de la CEDEAO. Elle met à disposition du personnel pour les missions et opérations de soutien à la paix régionales et continentales. Cette formation vise à améliorer la préparation aux interventions de la FAC, qui est opérationnelle depuis 2015.

« L’intégration du DIH et d’autres règles applicables aux situations de maintien de l’ordre dans les pratiques opérationnelles de la FAC a pour objectif de promouvoir le respect de ces lois et règles indépendamment du lieu de déploiement des forces de maintien de la paix dans la région. Nous voulons faire passer le message que la protection des civils demeure au cœur de toute mission de maintien de la paix », a expliqué Mme Halima Ahmed, commissaire chargée des affaires politiques, de la paix et de la sécurité auprès de la Commission de la CEDEAO.

L’atelier, déjà animé par le CICR en 2009 et 2016, portera sur les situations opérationnelles dans lesquelles le DIH et d’autres règles relatives au maintien de l’ordre s’appliquent, sur la mise en pratique de concepts juridiques lors d’opérations militaires et sur la protection des civils dans la conduite des hostilités.

Le CICR coopère étroitement avec la Commission de la CEDEAO pour promouvoir l’intégration du DIH dans la législation nationale des États de la région ainsi que l’inclusion du DIH et d’autres règles applicables aux opérations de maintien de l’ordre dans la doctrine et la formation des forces militaires et autres forces de sécurité.

 

Share on :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Youtube Instgram