Twitter Facebook Youtube
Les experts préparent la 11eme réunion du comité ministériel de pilotage du projet de l’autoroute Abidjan Lagos
Des délégués et participants attentifs aux différents discours

Le conseiller technique aux Routes bitumées et aux Grands projets du ministre ivoirien de l’Equipement et de l’Entretien routier, Coulibaly Bê Lancina, a loué les efforts de la Commission de la Communauté économique de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), de la Banque africaine de développement (BAD) et des Etats ayant permis d’avancer significativement sur le processus de sélection des bureaux d’études devant être retenus pour la réalisation de l’autoroute du Corridor Abidjan-Lagos.

Pour lui, dans tout projet, lorsque le financement est disponible, la phase étude constitue un point extrêmement important vu qu’elle devra permettre d’affiner le budget des travaux, de préciser dans le détail la nature des travaux, permettant ainsi la réalisation physique de l’infrastructure.

Coulibaly Bê Lancina l’a affirmé le 16 octobre 2018 à Abidjan, en Côte d’Ivoire, à l’ouverture de la rencontre des experts, en prélude à la 11ème réunion du Comité ministériel de pilotage du Programme de développement de l’autoroute du Corridor Abidjan-Lagos.

Une partie de l’assistance

Il a invité les participants à examiner minutieusement les questions liées au développement spatial, aux mesures environnementales, à la sécurité routière, à la sélection des partenaires techniques du projet et au choix du siège de l’Autorité de gestion du Corridor Abidjan-Lagos (ALCoMA).

Quant au Commissaire chargé des Infrastructures de la Commission de la Cedeao, Pathé Gueye, il a indiqué que les trois jours de travaux devront servir de cadre à des débats fructueux sur des sujets tels que les accords de financement, les activités relatives aux appels d’offres en vue du recrutement des bureaux d’études et de conseils techniques.

L’actualisation du calendrier des appels d’offres, des marchés et contrats, ainsi que la signature et la ratification de l’Accord intergouvernemental pour l’ALCoMA figurent aussi au menu des discussions, a laissé entendre M. Gueye « Nous sommes heureux de vous informer que les contrats d’études seront signés dans les meilleurs délais, et la cellule d’exécution du projet prendra fonction en novembre 2018. Je vous exhorte donc à poursuivre nos efforts afin de relever les défis qui nous attendent », a-t-il conseillé aux participants.

Participants et invités à l’issue de la cérémonie d’ouverture

Il a exprimé sa gratitude aux partenaires techniques et financiers, en particulier la BAD et l’Union européenne (UE) pour leur contribution au financement des études à hauteur de 22,72 millions de dollars américains.

Le chef du projet de l’Autoroute Abidjan-Lagos à la BAD, Mme Lydie Ehouman, a réitéré la disponibilité de son organisation à soutenir la construction de cette Autoroute.

« Je voudrais vous assurer de la disponibilité du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) à assister la Commission de la Cedeao et les 5 pays membres participants, pour que ce projet hautement stratégique d’autoroute puisse devenir réalité afin de contribuer à l’amélioration rapide du bien-être de nos populations », a dit Mme Ehouman.

Tout comme elle, le chargé d’Affaires de la délégation de l’UE en Côte d’Ivoire, Michel Laloge, a aussi réaffirmé l’enthousiasme de son institution pour le projet de construction de l’Autoroute du Corridor Abidjan-Lagos.

« Je suis très heureux de me joindre à vous ce matin, pour marquer le positionnement fort de l’UE aux côtés de la Cedeao et de ses Etats membres, afin de soutenir et de préparer cet ambitieux projet de développement d’un corridor autoroutier entre Abidjan et Lagos », a-t-il.

Le Corridor Abidjan-Lagos est un maillon du Corridor Dakar-Lagos, qui fait partie de l’autoroute transafricaine de l’espace Cedeao, dont le développement s’inscrit dans le cadre du Programme de développement des infrastructures en Afrique (PIDA).

Long d’environ 1 080 km, il draine près de 75% des activités commerciales de l’Afrique de l’Ouest, et traverse les pôles économiques les plus actifs et les villes les plus densément peuplées de l’espace Cedeao que sont : Abidjan, Accra, Lomé, Cotonou et Lagos.

C’est pourquoi, les chefs d’Etat et de gouvernement du Bénin, de la Côte d’Ivoire, du Ghana, du Nigeria et du Togo ont convenu de la construction d’une autoroute multinationale à deux fois trois voies le long du Corridor Abidjan-Lagos.

Outre la signature d’un Traité établissant ledit le Corridor, ils ont mis en place un Comité de pilotage composé des ministres en charge des Travaux publics/Routes de leurs pays respectifs et du Commissaire aux Infrastructures de la Commission de la Cedeao pour fournir des orientations de supervision du Corridor Abidjan-Lagos.

Ce Corridor se veut être la véritable colonne vertébrale du développement économique et social de l’espace Cedeao.

 

 

Share on :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Youtube Instgram