Twitter Facebook Youtube
La composante nigériane du projet Cedeao-Union européenne sur les armes légères est maintenant une réalité
La photo de famille après la cérémonie de lancement

Abuja, le 10 février 2017.

Le Nigeria est désormais membre à part entière du projet CEDEAO-UE sur les armes légères. La cérémonie officielle de lancement de la composante nigériane de ce projet, d’un montant de près de 2,2 millions d’euros financé par l’Union européenne (UE), s’est déroulée le jeudi 9 février 2017 à Abuja, au siège de la Commission de la Cedeao.

Le Nigeria qui fait face à d’importants défis sécuritaires, rejoint ainsi les six autres Etats membres de la Cedeao concernés par ce projet, à savoir la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Liberia, la Sierra Leone, le Mali et le Niger.

Initié par la Cedeao, financé par l’UE et mis en œuvre par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), ce projet a pour objectif d’harmoniser les approches de lutte contre la prolifération des armes légères et de petit calibre en Afrique de l’Ouest

Il ambitionne de sensibiliser les citoyens dans les zones frontalières sur les dangers du trafic illicite d’armes, de renforcer les capacités des forces de sécurité par le biais de sessions de formation, et de promouvoir les moyens de subsistance alternatifs au sein des communautés ciblées.

La ministre d’Etat chargée des Affaires étrangères du Nigeria, Mme Khadija Bukar Abba, a salué ce projet qui s’inscrit, a-t-elle dit, en droite ligne dans la vision du gouvernement de son pays et met en synergie les actions de la Cedeao, de l’UE, du PNUD et du Comité présidentiel nigérian sur les armes légères et de petit calibre.

« La prolifération des armes illicites joue un rôle négatif, intensifie les problèmes d’insécurité, entrave la paix, la sécurité et le développement de la région» a précisé Mme Khadija Bukar Abba, avant de louer les efforts de la Cedeao pour l’élaboration d’une Convention régionale sur les armes légères et de petit calibre actuellement étudiée par d’autres régions.

Edward Singhatey, Vice-président de la Commission de la Cedeao

Quant au Vice-président de la Commission de la Cedeao, Edward Singhatey, il a indiqué que « les défis sécuritaires auxquels le Nigeria est confronté nécessitent un soutien important de nos partenaires afin d’accompagner le gouvernement fédéral». Il est donc impératif, a-t-il ajouté, « que nous appuyons tous le Nigeria dans la lourde tâche de relever ces défis en matière de sécurité ».

C’est pourquoi, il a lancé un vibrant appel aux partenaires au développement pour qu’ils continuent de « soutenir le Nigeria en ce moment difficile ».

Mme Halima Ahmed, Commissaire Affaires Politiques, Paix et Sécurité de la Commission de la Cedeao

Pour sa part, la Commissaire de la Commission de la Cedeao chargée des Affaires Politiques, de la Paix et de la Sécurité, Mme Halima Ahmed, a déclaré que « certains pays de la région ont connu des conflits armés avec de graves conséquences sur le développement et la vie socio – économique des populations, du fait de l’accès facile et de la disponibilité des armes légères et de petit calibre dans nos communautés ». Elle a plaidé pour une action urgente afin d’accompagner la région ouest-africaine à relever les défis sécuritaires. L’engagement de la Commission dans ce projet est total et il est en harmonie avec l’objectif de la Vision 2020 de la Cedeao, a-t-elle laissé entendre.Pour rappel, chaque année, environ 8 millions d’armes sont fabriquées à travers le monde, et plus d’un million de personnes sont tuées par les armes légères et de petit calibre.

A noter que des ambassadeurs accrédités près la Cedeao, des représentants de plusieurs partenaires au développement, des chefs des forces de défense et de sécurité, des gouverneurs exécutifs, ainsi que des représentants d’organisations de la société civile du Nigeria ont pris part à cette cérémonie. 

Share on :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Youtube Instgram