Twitter Facebook Youtube
La CEDEAO cherche à vulgariser l’utilisation du gaz de pétrole liquéfié dans la région
D-g _ Brenda Onose Ataga,. Sidikou Douka et Bayaornibe Dabire

Abuja, le 09 août 2018 . La Commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) s’est mobilisée pour valider sa Stratégie régionale de vulgarisation du gaz de pétrole liquéfié (GPL) dans l’espace communautaire, dans le but d’améliorer son économie et de répondre aux défis en matière de santé et de dégradation de l’environnement associés à l’absence d’accès au GPL, en particulier dans les zones rurales de la région.

Lors d’un atelier de deux jours réunissant des experts des Etats membres et qui a démarré le 9 août 2018 à Abuja, au Nigeria, le Commissaire chargé de l’Energie et des Mines de ladite Commission, Sédiko Douka, a indiqué qu’il est devenu nécessaire pour la Cedeao de corriger cette lacune dans le secteur de l’énergie en élaborant une stratégie régionale à cet effet.

« Malgré l’immense potentiel des ressources énergétiques de notre région, le bilan énergétique global reste dominé par la biomasse qui représente 80% de la consommation totale d’énergie dans la région », a-t-il dit.

« Une partie importante de nos populations, tant dans les zones rurales qu’urbaines, n’ont pas d’accès à l’électricité et se servent de charbon et de bois de chauffage pour leurs besoins de cuisson et de chauffage » a précisé M. Douka.

Photo de groupe des participants

Il a affirmé que les conséquences de ces pratiques sont évidemment désastreuses pour l’environnement, en particulier pour l’accélération de la déforestation et de la pollution de l’air, et ont un effet néfaste sur la santé des citoyens de la Communauté exposés à l’inhalation de fumée toxique.

Par ailleurs, il a noté que, malgré la mise en place par la Cedeao de politiques telles que la Politique régionale des Energies renouvelables et la Politique régionale de la bioénergie, le taux d’accès au GPL reste inférieur à 10% en Afrique de l’Ouest, avec 90% des utilisateurs concentrés dans les centres urbains de la région.

A l’ouverture de la rencontre, la représentante du ministre des Ressources pétrolières du Nigeria, Mme Brenda Onose Ataga, a souligné l’importance pour les Etats membres de la Cedeao de passer à des sources d’énergie plus propres et plus efficientes.

Elle a laissé entendre que « la vulgarisation du GPL devrait permettre de diversifier et d’améliorer l’économie de la région et la santé, et de permettre aux Etats membres de se conformer à l’accord de Paris dont le but est de réduire le réchauffement climatique ».

L’atelier a permis aux participants d’analyser et d’approuver les données sur le marché du GPL dans les Etats membres de la Cedeao, et d’examiner les contraintes et obstacles liés à son accessibilité et à son coût dans la région.

Share on :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Youtube Instgram