Twitter Facebook Youtube
Des tonnes de vivres de la réserve alimentaire de la CEDEAO pour approvisionner des cantines scolaires au Ghana
2750 tonnes de produits vivriers dont 1000 tonnes de maïs, 750 tonnes de riz blanc, 500 tonnes de mil et 500 tonnes de sorgho.

Telle est la quantité de céréales mises à la disposition du Ghana par la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), à partir de sa Réserve régionale de sécurité alimentaire.

La cérémonie de remise des vivres a eu lieu, le vendredi 28 décembre 2018, à Tamale, une localité située à plus de 630 km d’Accra, la capitale ghanéenne. Elle est l’expression concrète de la réponse de la Commission de la Cedeao à la demande du Ghana et de son engagement à reconstituer ces céréales, grain pour grain, d’ici à mars 2019.

Ces céréales seront utilisées par le gouvernement ghanéen pour l’approvisionnement de son programme national de cantines scolaires.

Elles sont entreposées à Tamale et à Yendi dans les magasins de la National Food Buffer Stock Company (NAFCO), en d’autres termes, la société nationale de gestion du stock de sécurité alimentaire du Ghana.

En réceptionnant ces céréales, le ministre délégué chargé de l’Alimentation et de l’Agriculture du Ghana, Dr Sagre Bambangi, qui avait à ses côtés le directeur du Bureau national de la Cedeao du Ghana, Harold Agyeman, a exprimé sa gratitude à la Commission de la Cedeao pour sa réponse favorable à la requête de son pays. Il a promis qu’un usage judicieux sera fait de ces vivres.

Quant au directeur exécutif du NAFCO, Hanan Abdul-Wahab, il a plaidé pour le renforcement des relations bilatérales avec l’Agence régionale pour l’agriculture et l’alimentation de la Cedeao (ARAA), au moment où sa société se positionne pour accroître efficacement sa capacité d’entreposage conforme aux normes de l’organisation régionale.

Pour le commissaire de l’Agriculture, de l’Environnement et des Ressources en eau de la Commission de la Cedeao, Sékou Sangaré, représentant le président de cette institution, Jean-Claude Kassi Brou, cette remise de vivres est l’expression de la solidarité régionale à travers la Réserve régionale de sécurité alimentaire voulue et décidée par les chefs d’Etat et de gouvernement de l’espace communautaire.

Il a souligné l’enthousiasme de la Commission à promouvoir la place de la Réserve régionale en tant qu’instrument stratégique de connexion des agriculteurs ouest-africains à tous les marchés institutionnels dans les Etats membres de la Cedeao, donc des marchés des cantines scolaires.

« Nous espérons vivement que le processus d’accompagnement des cantines scolaires du Ghana se consolidera davantage, qu’il se diversifiera rapidement pour prendre en charge l’approvisionnement en denrées alimentaires de toutes les villes ghanéennes, et s’étendra progressivement aussi à tous les Etats membres de la Cedeao », a fait savoir M. Sangaré.

Pour lui, cela constitue un défi, et il s’est dit persuadé que le gouvernement ghanéen accompagnera la Cedeao aussi bien dans le développement sur cette voie de la Réserve régionale de sécurité alimentaire, que sur celle de la promotion de la liberté de circulation des biens et des personnes dans l’espace communautaire.

« Avec le Ghana, nous devons travailler à lever toutes les barrières qui freinent l’intégration économique et sociale de nos pays et de nos populations, et promouvoir ainsi et pour toujours la Cedeao des peuples », a indiqué Sékou Sangaré.

Tout comme les produits vivriers mis à la disposition du Niger (6528 tonnes) et du Burkina Faso (4303 tonnes), en août 2018, ceux remis au Ghana ont été achetés auprès de petits producteurs ouest-africains, a laissé entendre M. Sangaré, rappelant au passage quelques objectifs stratégiques de la Réserve régionale.

« D’abord la Réserve permet aux pays membres d’apporter rapidement leur solidarité à ceux d’entre eux dont les populations vivent des situations alimentaires et nutritionnelles difficiles. Elle permet également de garantir des marchés rémunérateurs pour nos petits producteurs, de les inciter à produire davantage et à commercialiser dans le cadre de leurs Organisations professionnelles ; ceci pour approvisionner nos marchés urbains. La réserve permet par ce biais d’assurer une meilleure régulation des prix sur les marchés profitables à la fois pour les consommateurs et les producteurs », a-t-il dit.

Pour rappel, c’est le 28 février 2013, à Yamoussoukro, en Côte d’Ivoire, lors de leur 42ème session ordinaire, que les dirigeants ouest-africains ont créé la Réserve régionale de sécurité alimentaire.

A noter qu’avant la remise officielle des vivres aux autorités ghanéennes, un Mémorandum d’entente entre la Cedeao et le Ghana, relatif à la mobilisation du produit de la Réserve régionale de sécurité alimentaire dans le cadre de la rotation technique des stocks, a été signé par Sékou Sangaré et Hanan Abdul-Wahab.

A l’issue de cette remise, qui correspond à une rotation classique, les délégations de la Commission de la Cedeao et du Ghana ont visité les nouveaux magasins d’entreposage de produits vivriers du NAFCO à Tamale, en cours de construction.

Sékou Sangaré a émis le vœu de voir ces magasins, une fois achevés, recevoir des céréales locales, c’est-à-dire produites en Afrique de l’Ouest, et par des agriculteurs ouest-africains.

Il importe de souligner que la remise de vivres au gouvernement ghanéen a été rendue possible grâce à l’Union européenne, qui finance le Projet d’appui au stockage de sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest, à hauteur de 56 millions d’euros.

Share on :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Youtube Instgram
Upcoming events

Informations et clarifications sur le dossier d’appel d’offres
10 Avr 2019 - 31 Mai 2019 [Commission de la CEDEAO]

Vacances de Postes à l'Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS)
01 Avr 2019 - 30 Avr 2019 [WAHO/OOAS]