Twitter Facebook Youtube
Autonomisation et Législation : clés de l’intégration du Genre dans le domaine politique

Abuja, le 21 mai 2018. La Présidente de l’Association des femmes parlementaires de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), la Sénatrice, Princesse Stella Adaeze Odua, a déclaré que l’autonomisation et la législation sont essentielles pour assurer la participation des femmes à la vie politique en l’Afrique de l’Ouest.

S’exprimant lors du lancement du Cadre stratégique et du Plan d’action de la CEDEAO pour le Genre et les Elections, organisé par l’Association des femmes parlementaires de la CEDEAO (ECOFEPA) le lundi 21 mai 2018 à Abuja, au Nigéria, la Sénatrice a déclaré que bien que certaines femmes de la sous-région aient réussi en politique, la majorité d’entre elles n’ont pas la capacité nécessaire pour surmonter les divers obstacles à la participation des femmes à la vie politique et à occuper des postes dans le gouvernement.

Par conséquent, Princesse Stella Adaeze Odua, qui représente la circonscription du nord d’Anambra de la République fédérale du Nigéria, a exhorté les États membres de la CEDEAO à promouvoir et adopter des lois visant à améliorer le sort des femmes sur les plans économique et politique, en indiquant qu’une « législation soutenue par la mise en œuvre constitue le véhicule de la création d’un environnement propice susceptible de permettre aux femmes de participer à la vie politique et à s’épanouir ».

Dans sa déclaration, l’Ambassadrice du Royaume du Danemark auprès de l’Union africaine, Son Excellence Mette Thygesen, a réitéré l’engagement de son pays à s’assurer, grâce à leur appui financier, que les femmes et les hommes de l’Afrique de l’Ouest bénéficient de l’égalité des chances et a ajouté: « à travers l’émancipation des femmes, nous allons créer un monde plus juste, pacifique et durable, avec plus d’égalité ».

La Commissaire chargée des Affaires sociales et du Genre de la Commission de la CEDEAO, Dr Siga Fatima Jagne, a souligné la nécessité pour les parties prenantes des États Membres de s’inspirer du Cadre stratégique et du Plan d’action de la CEDEAO pour le Genre et les Elections pour un engagement proactif dans les processus électoraux nationaux.

Dans le même ordre d’idée, Dr. Jagne a invité les parlementaires nationaux des États membres de la CEDEAO à élaborer leurs propres plans d’action pour des parlements sensibles au genre, à l’instar des bonnes pratiques du Plan d’action de l’Union interparlementaire «dans la mesure où cela va accompagner les parlements dans leurs efforts en vue de devenir des institutions plus sensibles au genre ».

Le Président du Parlement de la CEDEAO, l’Honorable Moustapha Cissé Lo, qui a présidé l’atelier d’ECOFEPA, s’est félicité des efforts déployés par les femmes parlementaires de la CEDEAO afin d’assurer la participation des femmes aux élections.

L’Honorable Lo s’est dit engagé à aider les femmes à plaider en faveur d’une inclusion maximale dans les processus électoraux dans l’espace CEDEAO.

Le point culminant de l’événement ayant pour thème : « Renforcement de la participation des femmes aux activités politiques et de leur représentation dans la démocratie et la gouvernance », a été le lancement du Cadre stratégique et du Plan d’action de la CEDEAO sur le Genre et les Elections par la deuxième Vice-Présidente du Parlement de la CEDEAO, l’Honorable Aminata Tounkara, qui a invité les parties prenantes à être sensibles aux problèmes des femmes.

Le séminaire s’est tenu en marge de la première session ordinaire de l’année 2018 du Parlement de la CEDEAO.

Share on :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Youtube Instgram